Peacadilly

Des photos, du bricolage & tout plein d'autres choses...

31 décembre 2009

Life sucks...

Le Père Noël nous a fait un cadeau pourri l'année dernière...
Le plus pourri qui soit...
Un cadeau dont on se passerait bien...
Un cadeau appelé CANCER
Un cadeau empoisonné qui tue à petit feu.

Depuis ce cadeau, notre vie a changée.
Radicalement.

Avant déjà, je n'aimais pas le téléphone, maintenant il est mon pire ennemi, redoutant la sonnerie annonciatrice de mauvaise nouvelle...

Je manque cruellement de sommeil depuis un an.
Je manque tout aussi cruellement de moral.

Hôpital, maison de repos, médicaments, diagnostic, chimiothérapie, oncologue, protocole...
Je suis rentrée à pieds joints dans Urgences ou Grey's anatomy.
Sauf qu'il n'y a pas de beau docteur compréhensif.
Il n'y a que du personnel hospitalier qui n'est pas habitué à ce qu'une "petite vieille cancéreuse" soit si entourée.
Un personnel hospitalier qui pense que nous sommes là pour l'embêter lorsqu'on pose des questions.
Un personnel hospitalier qui dit à la voisine de lit "ne répétez pas à sa famille qu'elle est encore tombée, sinon on vous change de chambre".

Et puis la taille a rejoint les pieds...
Je me suis presque noyée dans cet hôpital.
La "petite vieille cancéreuse" a disparu l'espace de quelques minutes qui m'ont parues les plus longues du monde.
C'était en mars dernier je crois, ou février, je ne me souviens plus trop.
Je me souviens juste qu'elle était partie, que ses mains étaient gelées.
Je me souviens que je lui ai parlé sans m'arrêter, que subitement ses mains sont redevenues chaudes & qu'elle a ouvert les yeux.

Depuis, les chutes du Niagara font bien pâle figure à côté de moi.

Et puis ma "petite vieille cancéreuse" est rentrée chez elle.
On lui a bricolé une belle chambre médicalisée.
Les murs sont tapissés des dessins de ses petits-fils & de quelques photos.

Chaque soir, je passais la voir en sortant du bureau.
Nous jouions aux dominos, aux petits chevaux aussi.

Je me suis transformée en coiffeuse à domicile, en manucure & en cuisinière même.
En acheteuse compulsive de pyjamas aussi, parce que même quand on est une "petite vieille cancéreuse", on a le droit d'être élégante en pyjama.

Ma "petite vieille cancéreuse" n'avait pas perdu le sens de l'humour malgré tout ça.
Elle continuait à se moquer.
Je l'appelle Tatie Danielle.
ça lui va bien Tatie Danielle.

Et une fois par semaine, je dormais près d'elle.
Pour éviter les chutes, car ma "petite vieille cancéreuse" se levait plusieurs fois par nuit.
Un tuyau d'oxygène c'est dangereux, elle pourrait se prendre les pieds dedans.
Ce serait bête de mourir d'une mauvaise chute alors qu'on a un CANCER, non ?

Et puis la vie suit son cours.
On s'habitue à tout.
Anti-dépresseurs aidant.
Kleenex aussi.

Nous n'avons pas fêté Noël cette année.
C'était prévu dimanche.
Juste un déjeuner.

Mais samedi, avant de terminer mes courses de Noël, j'ai reçu un appel.
Ma "petite vieille cancéreuse" est aux urgences.
Again.

J'enfile écharpe & veste.
J'y vais.
Le vocabulaire a changé : épilepsie, trombolyse, AVC, paralysie,...

C'est moche une demie paralysie faciale.
Impossible de décrocher un mot.
Tant pour ma "petite vieille cancéreuse" que pour moi.
Mais pas pour les mêmes raisons.
Retour à Niagara Falls.

Impossible de lui dire que je l'aime, que je sais qu'elle va encore une fois défier la médecine pour refaire surface & que j'ai besoin d'elle.
Tellement besoin d'elle.

Depuis 3 jours, je quitte le bureau tôt pour passer 2 à 3 heures avec elle.
Cette saloperie a permis à la famille de se réunir.
C'est con la mort.

Elle ne parle plus, impossible.
Demie paralysie.
C'est ça un AVC.

Je réussis à lui faire esquisser un sourire.
C'est une sorte de challenge journalier.

J'ai toujours fait le guignol quand quelque chose ne va pas.
Mais personne ne fait jamais le guignol pour moi.
"Elle est forte Didi"
Ouais... C'est ça.

Ce soir, elle m'a serré la main alors que je lui disais en l'embrassant que demain je viendrai la voir plus tôt.
Qu'il ne fallait pas qu'elle s'inquiète parce que le matin les visites sont interdites.
Mais que je serai là vers 14h.

Ce soir je n'y crois plus.
Je n'y arrive plus.
Je me dis qu'elle m'a serré la main pour me dire "au revoir" mais un "au revoir" qui voulait dire qu'elle m'aimait mais que demain ce serait trop tard.

J'ai 40 ans & ma maman va mourir.
J'ai 40 ans & je n'imagine pas un instant que cela puisse arriver.

Maman3

Le 2 janvier...
Je vais avoir du mal à souhaiter une "Bonne Année" aux gens qui m'entourent...
Mais elle est toujours là, chaque petite chose compte.
Depuis hier, elle déglutit à nouveau.

J'espère qu'elle pourra remarcher, c'est tellement important pour elle.

Posté par Peacadilly à 00:29 - Life sucks - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    Je "tombe" sur ton site par hasard .....
    J'ai la chair de poule en te lisant.
    J'ai 62 ans et j'ai perdu ma maman j'en avais 20 .... Comment avoir du courage quand on perd sa maman, son bien le plus précieux, celle qui nous a donné la vie, celle qui nous a aimé envers et contre tout sans rien demander en retour.
    C'est une étape obligée de la vie et ce n'est pas la moins dure.
    Je penserai à toi que je ne connais pas comme à une amie parce que tu souffres et que tu as tellement de peine.

    Posté par claudy, 31 décembre 2009 à 19:07
  • coucou Didi !!
    Ca faisait longtemps que je ne voyé plus de mots sur ton blog mais je passé tout de meme regulierment et aujourd'hui je voit ce billet bien triste !!
    Quoi dire... aucun mots pourrait te consoler...je t'embrasse tres fort (

    Posté par bia, 02 janvier 2010 à 08:33
  • Ton texte est si touchant qu'on a envie d'être près de toi pour te soutenir...

    Posté par laetitia, 03 janvier 2010 à 23:24
  • avec toi

    Bonjour Didi,
    moi aussi cela faisait des lustres que je ne voyais plus de messages sur ton blog, mais je passais régulièrement faire un petit tour et avoir de tes nouvelles ... j'espérais une vie splendide avec nouveau boulot, en Normandie (,) je crois avec le prince charmant et je guétais l'arrivée de petites têtes blondes pour te féliciter. ...
    A côté de ça je découvre ton message aujourd'hui et je ne peux que prendre ma plume et mon clavier pour t'envoyer des ondes positives et du réconfort. Aucun mot, aucules paroles ne pourront atténuer ta peine car ta peine est immense et qu'elle te submerge. C'est normal on ne se remet jamais de la mort de sa maman, (ou de son papa) car ils sont uniques. Alors laisse aller les Niagara Falls pour exprimer ce chagrin et tant que tu en auras besoin. Et puis dans quelques temps, quand les semaines et les mois auront passés n'oublie pas d'écrire. D'écrire, de décrire voire de crier combien ta maman comptait pour toi, laisse une trace écrite (ou scrpées) d'elle car tu sais bien qu'au fond elle est toujours là avec toi tout au fond de ton coeur.
    Pleins de pensées positives
    Bises
    Sandrine

    Posté par Sandrine Tardieu, 04 janvier 2010 à 18:54
  • Je pleure avec toi.

    Posté par Domi, 10 janvier 2010 à 05:14
  • Gros bisous

    Tres tres cher Didi

    J'ai disparu de la face de la terre pour cause d'étude pendant plus de 7 mois ... Je devais passer un concours adminsitratif de mes deux !!!!! et j'ai complètement loupé ta grande perte !!!!!! Je n'ai pas encore vécu ce moment et malheureusement je vais le passser aussi ... J'ai lu ton post avec les larmes aux yeux. J'étais dans ta peau. Mon père vit avec M. Parkinson... Toute sa tête mais pas son corps.

    Moi la grosse bavarde, je n'ai jamais eu les mots qu'il faut pour parler dans ces cas là ... En plus j'arrive un gros fourgon en retard ... mais je t'envoie, au travers d'internet, un gros gros calin ...

    Marie-Hélène

    Posté par Marie-Hélène à M, 23 juillet 2010 à 05:28

Poster un commentaire